Thursday, June 29, 2006

Un concept qui gagne...


Tout le monde se souvient de ce site internet crée par Alex Tew, un étudiant britannique, qui a eu la très rentable idée de vendre des pixels de pub au prix unitaire de 1 dollar, devenant en quelques semaine réellement millionnaire.
Alors que l'idée a fait de nombreux émules sur la toile, la société Sandberg tente de relancer le concept mais en le transposant cette fois dans le monde réel. Propriétaire d'un immeuble aux Pays-Bas elle en a divisé la façade en petits carreaux de 29x35 cm qu'elle vend comme espace publicitaire.

A l'échelle réelle il faut en acheter au moins une bonne cinquantaine pour espérer se faire voir, le tout au prix de 19.99€ l'unité. Quant on voit que Nike en acheter 380 et que l'affichage est loué au mois, on imagine vite que ce Million Dollar Building va dégager pas mal de profits….

Via The Cool Hunter

[+] Sandberg

Wednesday, June 28, 2006

Aquatics Centre, Londres 2012


J'avais déjà vu différentes photos du centre aquatique proposé par Zaha Hadid pour les jeux Olympiques de 2012 à Londres mais cette petite animation m'avait échappée…Impressionnant.

[+] London 2012
[+] Zaha Hadid

Tuesday, June 27, 2006

Nouvel's new Guthrie Theatre


Après le musée du Quai Branly à Paris il y a quelques jours et le Prix international du gratte-ciel qu'il vient de recevoir, l'architecte français Jean Nouvel continue "tranquillement" son bonhomme de chemin. Il a inauguré le week-end passé à Minneapolis son premier bâtiment aux US, le Guthrie Theatre.

L'inauguration très mondaine du bâtiment a réuni quelque 1.100 invités sur les rives du Mississipi autour de la coque d'acier bleu sombre d'un vénérable et respecté théâtre américain, qui a choisi de s'installer dans un quartier industriel, au bord de l'eau.

Le bâtiment de 25.000 mètres carrés comprend 3 scènes et des restaurants. Beaucoup de ses espaces publics seront ouverts à tous (avec ou sans billet d'entrée pour un spectacle). "Parce que ce théâtre n'est pas seulement un bâtiment, il est un spectacle à lui tout seul".

Son allure industrielle est adoucie par les portraits d'acteurs et d'auteurs ayant joué dans le précédent théâtre, un lieu de référence aux Etats-Unis depuis sa création en 1963, imprimés sur les murs comme autant de figures fantomatiques.

Le Guthrie Theatre est construit tout près des chutes du Mississipi, au cœur d'un paysage post-industriel historique, dans l'ancien quartier des minoteries qui ont fait la fortune de Minneapolis, où transitaient les cargaisons de farine des plaines du Middle West.

Les médias ne tarissent pas d'éloges quant à l'œuvre de l'architecte français:

Le Chicago Tribune a surnommé Nouvel " four-star impresario of space and light" (l'impresario quatre étoiles de l'espace et de la lumière). Il estime que l'architecte français, a réalisé un étonnant bâtiment, et "l'un des plus beaux mariages entre une construction et un site depuis que le musée Guggenheim de l'architecte américain Frank Gehry a revitalisé la vieille ville décatie de Bilbao"…

Neewsweek qui a placé cette semaine le Guthrie de Minneapolis au premier rang de son classement des "12 meilleures réalisations" en matière de design actuel.

D'un coût de 125 millions de dollars, il a été qualifié à la fois de "saisissant" et de "crépusculaire" par le critique d'architecture Larry Millett dans le Washington Post cette semaine.

Ce nouveau théâtre est l'une des dernières réalisations d'envergure réalisée à Minneapolis, en pleine revitalisation architecturale, après une bibliothèque construite par Cesar Pelli, qui s'est ouverte l'été dernier, l'extension d'un Centre d'art par les architectes suisses Herzog et Meuron, et celle du Minneapolis Institute of Arts, par Michael Gravesrien que du beau monde…

Via linternaute.com

Metagardens ou la philosophie rendue visible


/me't*/or/may't*/. Etymology: meta "beyond". A prefix meaning change, transformation towards a higher state of development. It is not an independent word but it is attached to the beginning of words ("e.g. Gardens") to modify their meaning.

Un préfixe signifiant changement, transformation vers un état plus haut de développement. Ce n'est pas un mot indépendant mais il est attaché au début de mots ("par exemple. jardins") pour modifier leur signification...
Le designer/paysagiste espagnol Fernando Gonzalez est le fondateur de Metagardens, une agence d'architectes paysagistes hors du commun basée à Londres.

D'après Gonzalez “the boundaries between the artificial and the organic are more blurred than ever before” (les frontières entre l'artificiel et l'organique sont plus effacées que jamais auparavant) et c'est par sa façon novatrice de concevoir les jardins qu'il tente de le démontrer. Par des projets tant construits qu'expérimentaux, à travers différentes techniques informatiques et différentes approches conceptuelles, il propose d'aller au-delà de l'ordinaire et du conventionnel…

We live in a post-human environment where the relationship between the biological and the machine is more of a symbiosis than of contradiction. Our cybernetic culture sees Nature as something manufactured far away from "‘naturalistic" theories that dream with a romantic and uncontaminated environment outside of our culture or, even worse, as a return to the past. But while the rest of the artistic disciplines are mutating to adapt to the new challenges garden design practices and theories are still based in outdated ideas incapable of dealing with the complexity of the new situation."
Metagardens propose ainsi différents concepts de jardins: EVOTERRARIUM, AERIAL, SHIME-NAWA, ELECTRONIC DREAMS…[+]

EVOTERRARIUM (A), transforme le jardin de banlieue à la géométrie simple vers un système mutable, dynamique et fortement articulé où il est possible de cultiver n'importe quelle sorte de plantes peu communes à l'intérieur de terrariums, tout en étant capable de chauffer et le rafraîchir les espaces intérieurs comme le font les véritables serres.

AERIAL (B), c'est la fin des jardins en toiture caractérisés par une collection de plantes dans un espace statique et orthogonal. Pour la conception de ce jardin au sommet d'un gratte-ciel, ils ont utilisés une technique empruntée aux ordinateurs appelée "la carte de déplacement"( "displacement map") qui crée des heurts réels sur une surface plate selon les valeurs stockées dans la texture d'une image…( dans le cas illustré l'image négative d'un bout de bois). Le résultat est une peau douce faite de panneaux en fibre de verre travaillant comme une extension du toit …

SHIME-NAWA (C) (un terme japonais se référant aux cordes délimitant un secteur sacré) est un jardin liquide et flexible où les pierres faites de tissu rouge et de cordes en fibre de verre noires agissent réciproquement avec la solennité de cyprès et le mouvement des palmiers…

ELECTRONIC DREAMS (rêves électroniques) (D) permet une nouvelle sorte de jardinage; entièrement programmable où le comportement humain et la nature agissent réciproquement. Mettez votre équipement, "branchez votre jardin" à un ordinateur, insérez un Cd ou allez en ligne et commencez à surfer vers des plaisirs horticoles : des frontières herbacées, des jardins japonais, naviguez sur en temps réel sur des jardins historiques ou cultivez vos propres plantes artificielles…

"Le jardin, c'est de la philosophie rendue visible…"
[Erik Orsenna]
Via Landliving

[+]Metagardens

Wednesday, June 21, 2006

Pavillon d’été à Londres selon Rem Koolhaas


A Londres, l’arrivée de l’été marque un événement qui est déjà une tradition : le pavillon de la galerie londonienne Serpentine.

Située dans le parc de Kensington, au cœur de la capitale, la galerie occupe un édifice néo-classique, lui-même conçu à l’origine comme pavillon de thé. Chaque année, une structure temporaire installée sur la pelouse fonctionne comme café durant la journée et comme forum pour les débats le soir.

Ce Pavillon est réalisé par l’ingénieur Cecil Balmond, en association avec un architecte de renommée internationale et cette année, c’est l'architecte Hollandais Rem Koolhaas qui a été désigné.

Les architectes des pavillons précédents sont Álvaro Siza et Eduardo Souto de Moura avec Cecil Balmond, Arup, 2005 ; MVRDV avec Arup, 2004 (non-réalisé car trop complexe) ; Oscar Niemeyer, 2003 ; Toyo Ito avec Arup, 2002 ; Daniel Libeskind avec Arup, 2001 ; et Zaha Hadid, 2000

D'après Cecil Balmond: "These Pavilions have evolved with various structural typologies and materials, provoking a debate on architecture; this year the exploration continues not only with typology and material but with the very definition of Pavilion."

"Ces pavillons ont évolués avec diverses typologies de structures et de matériaux provoquant une discussion sur l'architecture ; cette année l'exploration continue non seulement avec la typologie et la matière mais avec la définition même du Pavillon."
Cette année, le pavillon conçu par Koolhaas sera surmonté d’une structure gonflable de forme ovale. Selon la météo, cette structure pourra être soulevée dans les airs et laisser la vue sur les jardins, ou bien être abaissée pour recouvrir et protéger les visiteurs. Cette construction, réalisée avec un matériau translucide, sera illuminée de l’intérieur pendant la nuit…

Cette galerie d’art éphémère sera ouverte du 13 juillet au 15 octobre.

[+] Serpentine Gallery
[+] Photos des précédents pavillons
[+] Rem Koolhaas

"Reflecting Absence" revu et corrigé


La nouvelle mouture du mémorial / musée dédié au World Trade Center vient d'être dévoilée après plusieurs semaines d'attentes. Cette nouvelle version devait répondre à plusieurs objectifs: comme résoudre certains problèmes de sécurité, apaiser des membres de famille de victimes mécontents et surtout faire diminuer le budget (colossal) du projet.

Le nouveau plan de 510 millions de $ (contre le billion de $ nécessaire pour la première version), à été développé par le promoteur Frank J. Sciame à la demande du gouverneur et du maire. Les modifications apportées "changeraient fondamentalement l'expérience du visiteur tout en conservant les caractéristiques de la conception originale de Michel Arad".

Pour rappel: "Reflecting Absence", de l'architecte Michael Arad, a été choisi parmi 5 200 projets en provenance de 63 pays, lors d'un des plus grands concours d'architecture jamais lancés. Il s'articule autour de deux bassins d'eau marquant les empreintes des deux tours disparues.
Sciame a présenté cinq options jeudi dernier au gouverneur et au maire. L'option qui a finalement été retenue préserve les vides, les chutes d'eau, les bassins, les noms autour des bassins et le passage souterrain au musée.
Les changements significatifs
se situent au niveau de l'élimination de six galeries commémoratives souterraines ainsi que les rampes pour y accéder ainsi que la diminution de la surface dédiée au musée. Exit aussi, le pavillon d'entrée du musée dans la Rue ouest.
En ce qui concerne le noms des victimes, suite aux pressions des familles, ceux-ci quittent les sous-sols pour se retrouver sur le parapet entourant les cascades. CF sujet sur Archidose

Michel Arad ne cache pas sa déception quant à l'élimination de presque toutes les galeries souterraines qui devaient ceinturer les bassins. Il parle de "diminutions douloureuses" qu'on lui aurait demandé de faire, diminutions qu'il ressent comme une entorse significative à son concept original…

Via NY Times

[+] Animation des cascades (1° version)
[+] Les recommandations de Frank J. Sciame

Tuesday, June 20, 2006

Nouveau musée des arts premiers à Paris


Le musée du quai Branly (Paris) inauguré ce mardi 20 juin par le Président Jacques Chirac à été imaginé et conçu par l’architecte Jean Nouvel à qui l'on doit également l'Institut du monde arabe (1987) et la fondation Cartier (1994) à Paris.

Le musée Branly se compose de 4 bâtiments distincts, possédant chacun une architecture propre, ils sont reliés entre eux par des passerelles et sont disposés sur un terrain de 39 000m² (dernier grand site libre de Paris).

Epousant la courbure douce de la Seine au pied de la tour Eiffel, l'architecte voulait insérer le musée dans "un écrin de verdure". C'est pourquoi le bâtiment est placé sur pilotis, cela lui permet de disposer de 18 000 m2 de jardin ouvert à tous là où on en exigeait moins de la moitié !

Le principe fondateur sur lequel l’Agence Jean Nouvel s’est appuyée pour l'élaboration du musée était d'offrir aux arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques un lieu digne de ce nom qui servirait à faire évoluer le regard porté sur des arts trop souvent considérés comme mineurs ou marginaux.

Nouvel voulait absolument s'éloigner des références de l’architecture occidentale. Exit les structures, les fluides, les "menuiseries" de façade, les escaliers de secours, les garde-corps, les faux plafonds, les projecteurs, les socles, les vitrines, les cartels... "Si leur fonction par la force des choses doit demeurer, qu’ils disparaissent de notre vue et de notre conscience, qu’ils s’effacent devant les objets sacrés pour autoriser la communion."
Lumineux et dépourvu de cloisons, l'intérieur est un vaste plateau surplombé de mezzanines où les oeuvres s'offrent au regard protégées par une forêt de vitrines. Près de 10.000 instruments de musique sont présentés dans une tour en verre.

"(...) Il fallait mettre une architecture en relation avec un art qui pour une fois n'a jamais été pensé pour aller dans un musée."
La programmation du musée reste classique: salles de collections permanentes, espaces pour les expositions temporaires, réserves pour les chercheurs, médiathèque, auditorium, salles de cours et de conférences, bar-restaurant…

L'ouvrage prend la forme d’une large passerelle au milieu des arbres, dissimulée par un jardin de 18 000 m2 que l'on doit au paysagiste Gilles Clément. Ce jardin est soustrait à la circulation du Quai Branly par une longue et haute paroi de verre sérigraphié

La marque de fabrique de l’ouvrage est sans nul doute la série de boîtes suspendues en façade nord, des "excroissances" colorées de taille variable, sortes de cabinets de curiosités, autant de salles d’exposition pour abriter des pièces particulièrement rares ou précieuses.

[ A voir ] 3 mini interview de Jean Nouvel à propos du musée.
Autre originalité du bâtiment : le mur végétal de Patrick Blanc 800 m2 de façade sont recouverts par plus de 15 000 plantes.

La chance de ce projet, explique Nouvel, c'est que l'on connaissait la collection. Les salles ont donc été directement conçues en fonction de ce qu'elles allaient contenir, c'était une vraie opportunité pour l'architecte.
C’est un musée bâti autour d’une collection où tout est fait pour provoquer l’éclosion de l’émotion portée par l’objet premier ; où tout est fait, à la fois, pour le protéger de la lumière et pour capter le rare rayon de soleil indispensable à la vibration, à l’installation des spiritualités.

"Tout ici est au service d'un lieu spirituel, de croyances qui ne sont pas les nôtres, et du mystère qu'elles peuvent susciter…"
Fruit de dix ans de réflexion et de travaux, le long bâtiment déroulé en bord de Seine, au pied de la tour Eiffel, s'annonce déjà comme l'un des hauts lieux de la scène artistique parisienne, voire mondiale…

Jacques Chirac aura, comme François Mitterrand sa pyramide du Louvre et sa Bibliothèque, et Georges Pompidou son centre Beaubourg, un lieu dans Paris lié à son passage à l'Elysée.
Le musée a coûté 235,2 millions d'euros et emploiera 200 personnes.


[+] Jean Nouvel
[+] Musée du quai Branly
[+] ARTE

Monday, June 19, 2006

(Divers) Black attitude


Quel point commun ont les architectes ci-dessus?
La tenue vestimentaire bien sur, ou plutôt ce que j'ai coutume d'appeler la black attitude… Ahhh, le cliché de l’architecte qui s’habille toujours en noir…

Ben, dur est de constater qu'à part quelques exceptions, les architectes font bien moins preuve d'originalité en ce qui concerne leur tenue vestimentaire qu'en ce qui concerne les façades de leurs bâtiments

aROOTS Architecture (un portail d'informations pour les architectes) a remarqué que de nombreux architectes ne savaient pas s’habiller et décrit dans un article la tenue vestimentaire adéquate pour la profession.

Ça vaut le détour:

"L’architecte se doit d’être présentable face à des clients, des promoteurs, des étudiants. Avoir une bonne présentation permet en outre d’avoir l’air "correct" malgré une nuit blanche. Les vêtements tendent à effacer la fatigue de l’architecte."

L'architecte doit:

- Eviter les costumes bon marché sous peine d'être confondu avec l’élu local.
- Etre reconnaissable au premier coup d’œil.
- Toujours avoir l'air "habillé" sans pour autant porter le smoking.
- Porter un pantalon bien coupé voir un jeans délavé pour paraître plus jeune…
- Posséder 2 accessoires quasi-indispensables: l’écharpe (?) et le téléphone portable.

"L’architecte est un penseur, ou du moins il le revendique hautement. Dans ce sens, l’écharpe souligne et met en valeur la "tête" de l’architecte, et de surcroît son côté intellectuel. Préférez des écharpes longues et larges qui autour de votre cou, vous donneront un sentiment de puissance et d’assurance"…

A bon entendeur…

[+] Article complet
[+] aROOTS

Starchitects du mois…


Un "pagerank" est édité chaque mois par le site allemand, Baunetz. Il établit en fonction du nombre et du type d‘articles parus dans la presse spécialisée, anglo-saxonne, allemandes et internationales, la notoriété des architectes du monde entier.

On constate dans le trio de tête que, pour le mois d’avril 2006, la première place est détenue par Herzog et de Meuron (590 pts), suivi de Rem Koolhaas (517pts), vient ensuite Zaha Hadid (476 pts)…

1 (590) Herzog und de Meuron Basel (Schweiz)
2 (517) Rem Koolhaas Rotterdam (Niederlande)
3 (476) Zaha Hadid London (Großbritannien)
4 (317) Renzo Piano Genua (Italien)
5 (313) Foster and Partners London (Großbritannien)
6 (228) Holl, Steven New York (USA)
7 (209) David Chipperfield Architects London (Großbritannien)
8 (208) Nouvel, Jean Paris (Frankreich)
9 (201) Fuksas, Massimiliano Rom (Italien)
10 (196) Toyo Ito Tokio(Japan)

502 (9) Garzaniti, Mario Liege (Belgien)… Mini holla pour Mario, un de mes anciens prof d'archi!

[+] Classement complet

Friday, June 16, 2006

(Divers) Heliodisplay




Encore une fois la réalité a rattrapé la fiction. Développé par la société IO2 Technology , l'Heliodisplay est un projecteur à peine plus grand qu'un vidéo projecteur traditionnel, qui se branche à n'importe quel PC, lecteur DVD ou téléviseur.

Le projecteur aspire l'air, le modifie, puis le renvoie en projetant une image (photo).

Deux versions sont disponibles la version "standard" M2 qui permet uniquement d'afficher des images et encore plus fort: la version M2i qui permet d'interagir de manière tactile avec elles, il est donc possible de déplacer ou travailler directement sur l'objet.

La vidéo de démonstration est plutôt impressionnante, elle est à voir ici (Quick time) ou ici (Youtube).

Le développement d'un tel appareil pourrait bien révolutionner l'univers de la publicité et de la décoration (cf photo d'un aquarium virtuel ci-dessus)…

BRIX


Fondée en France par l'anglaise Helen Evans et l'allemand Heiko Hansen, l'association HéHé développe des installations interactives fonctionnelles, très simples d'utilisation, où se mêlent et se complètent l'esthétique, l'architecture et l'informatique.
A partir d'un langage fondé sur la lumière, l'image et le son, HéHé mène une recherche sur les environnements architecturaux et urbanistiques et leurs possibilités d'interaction avec les usagers.
Utilisant des capteurs électroniques et des matériaux analogiques, les réalisations ajoutent aux espaces une fonction poétique tout en les rendant communicants.

"Brix is composed of a wall of virtual bricks and a camera that sees what is happening in front of the wall. When one approaches the wall, the surface reflects the image captured by the camera, in a thousand rectangular pixels. The image of the inter-actor slips onto the wall and after a few seconds, freezes as a photograph. Brix, prefigures a new form of palimpsestual electronic architecture."

Brix se compose d'un mur de briques virtuelles et d'une camera qui voit se qui se passe devant le mur. Quand quelqu'un s'approche du mur, la surface réfléchit l'image capturée par la caméra, via un millier de pixels rectangulaires. L'image de l'inter-acteur reste en mouvement quelques secondes sur le mur puis se fige comme une photographie. Brix préfigure une nouvelle forme d'architecture électronique de "type Palimpseste".
[+] Hehe

Wednesday, June 14, 2006

Textual Healing




Paul Notzold, un étudiant sorti de la Parsons School of Design, a imaginé un projet ou plutôt une performance plutôt originale de visualisation des textes SMS.

Les SMS sont projetés sur une surface plane (comme la façade d'un bâtiment) et n'importe quel spectateur peut s'exprimer publiquement et/ou interagir avec quelqu'un d'autre via de grandes bulles de dialogue (genre BD).

Les bulles sont placées près des fenêtres et des portes pour encourager les spectateurs à créer des conversations (celles susceptibles de se produire à l'intérieur du bâtiment par exemple).

Le procédé est plus que simple: le spectateur reçoit un flyer avec un numéro de téléphone et des instructions. Il envoie son message au numéro fourni et celui-ci apparaît directement dans la bulle.
"The piece explores the use of mobile technology to trigger dialogue, action and create content in a staged public performance. By using the facade of a building the intention is to engage an audience to think about the spaces we move through, live in and share. I'm trying to address public vs. private space and what kind of dialogue might transpire if we publicised out private thoughts. The piece was designed to encourage play, idea sharing, thought, discourse, and entertainment."


[+] Txtualhealing
[+] Paul Notzold's thesis
[+] Diverses photos

Via Coin-op

Tuesday, June 13, 2006

"Habitat Hotel"


L'Hôtel d'Habitat est un travail réalisé sur la maquette d'un hôtel conçu par l'architecte Enric Ruiz de Cloud 9 Architecture.
Cette maquette a été créée pour l'exposition "Nouveaux Architectes Espagnols" au MoMA à New York en février 2006.

L'hôtel consiste en un bâtiment enveloppé d'une "maille d'énergie" (energy mesh). Cette maille est constituée de nœuds individuels qui captent l'énergie du soleil pendant la journée puis la libère la nuit en une couleur spécifique, selon la quantité d'énergie assimilée.

La maille du modèle est constituée de 500 LED tricolore contrôlés par un microprocesseur PIC. Des photo-détecteurs sont également placés dans l'énorme toile, ils en déterminent la brillance.

Quant au vrai bâtiment, il devrait être achevé en 2008 et se situera dans L'Hospitalet à Barcelone.

[James Clar est un designer/ sculpteur de lumière qui joue avec la lumière de manière peu conformiste. Plusieurs de ses œuvres sont des installations multimédia interactives carrément brillantes!]

[+] Le sculpteur de lumière: James Clar
[+] Architecte: Enric Ruiz
[+] Cloud 9

Vue sur… voiture


"Fed up with looking for somewhere to park? Afraid of your car being vandalised? Nervous about dark alleyways and gloomy underground car parks?
Your worries are a thing of the past.
Imagine living in a flat - but parking your car on the same floor! Using the special CarLift, within just two minutes you can be either zooming off or back in your own home again - a loft with unparalleled standards of safety, comfort and exclusiveness."

"Fatigué de devoir chercher un endroit pour se garer? Effrayé que votre voiture soit vandalisée? Nerveux à propos des ruelles sombres et des parkings souterrains obscurs ?
Vos soucis sont du passé. Imaginez vivre dans un appartement - mais stationnez votre voiture au même étage! En utilisant l'ascenseur pour voiture (CarLift), en seulement 2 minutes vous êtes capable de partir ou de rentrer dans votre propre maison – un loft avec des standards inégalés de sécurité , de confort et d'exclusivité "

Pour le moment, le concept CarLoft concerne un bâtiment berlinois de 6 étages. Chaque appartement (de luxe, évidemment) possède donc sa propre terrasse de +/- 28m² sur laquelle une voiture peut être parquée.
Pour amener la voiture sur la bonne terrasse, un ascenseur spécial a été aménagé, il permet de faire les trajets en moins de 2 minutes.

Prix des lofts : à partir de 450 000 euros

[+] Carloft

Monday, June 12, 2006

"Building Wright"


Bien que Frank Lloyd Wright ait conçu cette maison en 1950 (il était alors âgé de 80 ans) c'est presque 50 ans après sa mort qu'elle pu enfin être construite. La maison, architecturalement novatrice, était prévue pour être réalisée sur une île privée du lac Mahopac à New York. Lorsqu'ils ont acheté leur terrain en 1995, les nouveaux propriétaires de l'île ont été enchanté de découvrir les schémas d'étude de Wright...
On doit cette "deuxième naissance" plutôt inhabituelle à l'architecte Thomas A. Heinz.

[+] "Building Wright": un petit film explicatif
[+] Galerie photos + reportage
[+] F.L.Wright

Sunday, June 11, 2006

Freedom Tower = objet superflu ?

Freedom Tower - or French Tower ?
Editorial du Financial Times du 09.06.06.
By Christopher Grimes

There have been many radically different design proposals for the Freedom Tower, the awkwardly named skyscraper that (we are told) will begin rising soon from the World Trade Center site in lower Manhattan. But through all the design changes, there have been two constants: its height, set by architect Daniel Libeskind at a cloyingly symbolic 1,776 feet, and the demand that it satisfy the vague requirement of being “iconic”.

The command to design a ready-made icon is challenging enough for an architect. It becomes doubly vexing when politicians, victims’ families, a powerful developer and even the police department have a seat at the drawing table. David Childs, the principal architect of the building, has dutifully worked to incorporate every new demand that these myriad parties have dreamed up.

Now, after years of bickering and embarrassing delays, blasting is set to begin next week on the bedrock at the core of the Freedom Tower. Yet even as the work begins, the Freedom Tower seems to have lost the “iconic” tag and picked up some more disturbing descriptions.

Symbolic and economically troubled” was how The New York Times put it recently. Eliot Spitzer, the Democrat who could control the rebuilding of the World Trade Center if his run for governor is successful this autumn, recently fretted that it could become “a white elephant
(NDLR "un objet superflu"). He was referring, of course, to the understandable reluctance commercial tenants feel about moving into a potential terrorist target. George Pataki, New York’s outgoing governor, says he will persuade government agencies to move in instead. But many are questioning whether moving, say, the FBI into the building would be such a wise move.
Many people involved in the rebuilding project will tell you they are confident that the Freedom Tower will be built, then whisper a list of reasons why it does not make sense.

So why go through with it? There is still time to change course and I have a proposal: New York needs an answer to the Eiffel Tower. It could satisfy the understandable desire to have a tall structure on the site, without carrying the financial and security risks. As far as I know, this is not an idea under discussion, though the concept was floated by Paul Goldberger in The New Yorker in 2002.


Detractors will say no one will build a big structure on the site that does not make money. But Ground Zero is expected to be the most visited memorial in the world. An observation deck would generate some revenue and it is not difficult to imagine a restaurant or two faring well in this food-obsessed city. After all, Windows on the World – which offered commanding views from its perch on the North Tower – was one of the top grossing restaurants in the US before it was destroyed on September 11.
An observation tower for New York: tall, iconic – and no white elephant.

Via FT.com

Thursday, June 08, 2006

(Divers) Le visage de demain…


Quel est le visage de Londres, New York, Paris ? Ou plutôt à quoi ressemble un londonien, un new-yorkais, un parisien ?

Les grandes métropoles sont des pôles de migration ayant comme résultat de nouveaux mélanges de peuples.
Avec ce métissage, à quoi pourrait bien ressembler l'habitant d'une grande métropole d'ici 100 ou 200 ans?
Pour tenter de répondre à cette question, le photographe Mike Mike a imaginé The Face of tomorrow, un vaste projet par lequel il tente d'illustrer les futurs effets de la globalisation sur l'identité.

En résumé, la technique qu'il utilise est plutôt simple:
Il choisit une ville et y photographie un échantillon (vaguement) représentatif d'environ 100 personnes de +/- 25 ans. Ensuite, il superpose toutes les photos (sorte de morphing), il obtient alors l'image composite d'un nouveau visage…celui de demain ?

Comme des images valent toujours mieux qu'un long discours…

[+] Face of tomorrow

Photo: Face of tomorrow de Londres

Wednesday, June 07, 2006

Vidéosurveillance "intelligente" ?


En résumé, la vidéosurveillance "intelligente" se présente de cette façon : la caméra filme ce qui passe à portée de l’objectif, mais avant que l’image ne soit enregistrée, le logiciel d’Emitall interprète les séquences et les traite de manière différenciée, car il reconnaît certains mouvements et même certaines structures comme le visage humain.

Le logiciel rend donc les personnes méconnaissables en brouillant +/- leur image (scrambling) ce qui est assez paradoxal pour de la vidéo surveillance.... En revanche, les locaux et les objets, eux, restent nets.
Si nécessaire, les plages brouillées peuvent être lues mais uniquement via une clé de décryptage, que seules des personnes autorisées détiennent, bien évidement.

Avantage incontestable : le procédé ne nécessite pas d'infrastructure particulière, un PC et une webcam font l'affaire. Il peut donc être implanté très facilement dans les lieux publics mais également privés (surveillance de personnes âgées, enfants…) car il peut également être programmé pour détecter des événements anormaux comme par exemple la chute d’une personne et actionner une alarme.

La solution développée par Emitall est particulièrement intéressante par rapport au principe de la proportionnalité, selon lequel on ne peut traiter que les données personnelles nécessaires au but poursuivi et clairement défini.

Le cryptage des images protège mieux la sphère privée que les procédés habituels de vidéosurveillance.
Il s'agit surtout de trouver le meilleur équilibre entre le droit à la protection de la vie privée et l’aspiration légitime à la sécurité des personnes et des biens…

Les clips vidéo du système en action peuvent être vus ici, ici et ici (Windows Media Player) ou ici, ici et ici (via youtube).

[+] Emitall

Via Techeblog

Tuesday, June 06, 2006

Zaha Hadid au Guggenheim Museum


Musée lui-même d'abord connu par son apparence avant-gardiste, le Guggenheim de New York expose pour plusieurs mois une des architectes contemporaines les moins conventionnelles, la Britannique d'origine irakienne Zaha Hadid.

D’une certaine façon, elle a gagné sa "guerre" contre ses collègues masculins… Hadid est la seule femme à avoir décroché le Pritzker Price en 2004, elle peut être cataloguée de starchitecte.

Son ambition est toujours de réaliser des projets théoriques qui paraissent difficiles voir impossible à réaliser à ce moment-là…
Ainsi la rotonde du Guggenheim se retrouve jusqu'en octobre remplie des plans, peintures, maquettes et autres de projets spectaculaires conçus par Hadid depuis ses études jusqu'à maintenant.

Zaha Hadid est née en 1950 à Bagdad, dans un milieu bourgeois et plutôt libéral, jusqu'au départ de la famille dans les années 60. La jeune fille étudie s'abord en Suisse, puis après être passée par Beyrouth, elle arrive à Londres où elle suit les cours de la prestigieuse Architectural Association où elle eut comme professeur Rem Koolhaas. Elle devint d'ailleurs partenaire de l'OMA, l' Office of Métropolitan Architecture de Koolhaas. Elle enseigna dans les plus grandes universités comme Yale et Harvard avant de créer sa propre agence à Londres en 1979.

Le but de son oeuvre: générer la curiosité et favoriser les lieux de rencontre…

Au Guggenheim, le visiteur suit chronologiquement son évolution, bien avant l'ère des ordinateurs, elle s'exprime d'abord sur de grandes toiles.

Puis arrive le "Peak", un club perché au sommet d'une colline de Hong Kong, et dont elle remporte le concours en 1982. Même s'il ne sera jamais réalisé, le projet lance sa notoriété.

Au fur et à mesure, les édifices anguleux disparaissent au profit de structures plus fluides, qui semblent voler. Son style se caractérise par une prédilection pour les entrelacs de lignes tendues et de courbes, les angles aigus, les plans superposés, qui donnent à ses créations complexité et légèreté.
Pendant longtemps, le bruit a couru que ses projets étaient irréalisables, mais la caserne de pompiers en Allemagne (1990) démontre le contraire.

Depuis, d'autres ont suivi, du terminus de trams de Strasbourg au tremplin de saut à ski d'Innsbruck avec restaurant au sommet, au Centre d'art contemporain de Cincinnati (photo).

Avec 140 collaborateurs venus de tous les coins du monde, le Studio Hadid est, pour beaucoup de jeunes architectes, l’Eldorado des visions futuristes courageuses et du progrès technologique…

Zaha Hadid au Guggenheim du 3 juin au 25

[+] Guggenheim
[+] NY times
[+] Zaha Hadid

Via Batiactu

Photo de Z.Hadid par Roland Halbe.
Photo Centre d'art contemporain Cincinnati.

Hôtel à chambre unique…


Conçu pour l'Expo 02, l'hôtel Everland sort de l'imagination du couple d'artistes suisse L/B (Sabina Lang et Daniel Baumann).

Ils se sont fait connaître par leur installations qui, très souvent, proposent une participation au spectateur.

L'hôtel à la particularité de n'être constitué que d'une seule chambre (spacieuse), d'une salle de bain luxueuse (mosaïque bleu-claires), d'un lit double et d'un lounge.

"La chambre aux dimensions généreuses incarne le fantasme même de l'hôtel, de la conception architecturale jusqu'à la mise en scène des moindres détails, en passant par les linges de bains bordés d'or incitants à la cleptomanie. Tous les ôtes d'Everland deviennent partie intégrante de l'œuvre."
L'idée générale du projet est de faire apparaître le paradoxe entre le public et l'exclusivité…
Inutile de préciser que l'hôtel affiche souvent complet…Avec une seule chambre, faut dire…

Prix de la chambre pour une nuit: 222€

[+] Hôtel Everland (photos int.)
[+] L/B
Update 09.06.06: photo via the cool hunter

Monday, June 05, 2006

Steel Cell Brick House, Tokyo (JA)


A l’angle d'une rue de la banlieue de Tokyo, l'Atelier d'architecture Tekuto (composé de l'architecte Yasuhiro Yamashita et Shinji Haraguchi) a érigé une maison de 3 étages, entièrement métallique, compacte et ingénieuse.

Pour rappel, Tokyo est réputée pour être une des villes où l’immobilier est le plus cher au monde, c'est pourquoi le moindre m² doit être rentabilisé. Les espaces flexibles et polyvalents à Tokyo ne sont pas simplement des choix conceptuels mais une absolue nécessité.

En concevant la Cell Brick House, l'architecte a poussé cette notion de polyvalence à son paroxysme allant jusqu'à fusionner la chambre à coucher et la cuisine du bâtiment.
Un autre point particulier de la Cell Brick House se situe au niveau de son système de parement en damier. Les murs sont composés de boîtes en acier alternées avec des interstices vitrés. Ces caissons assemblés par boulonnage restent accessibles de l’intérieur et servent d'unités de rangement.
Les faces extérieures de la maison sont protégées de la surchauffe par une pellicule céramique blanche élaborée par la NASA.

Chef-d'œuvre de rationalité et de précision, ce bâtiment s'inscrit peut-être dans un futur architectural lié à la croissance démographique…

Via Designboom

The image of the architect...

Thursday, June 01, 2006

POP-UP CITY !


Le FAV 2006 ( Festival des Architectures Vives) sera orienté sur un thème actuel : " POP-UP CITY". Un Festival de micro-architectures guidé par la vitalité de l'architecture du Web…

"Le pop-up, vif et coloré, est une intervention qui jaillit avec spontanéité, surgit de nulle part pour surprendre le visiteur. Il est inscrit dans la source même du site, dans son architecture. En parasite, bien sûr, le pop-up dérange ; il éveille la curiosité et appelle à regarder le site dont il émane. Souvent pirate, le pop-up sait muter pour échapper aux interdits et aux prédicateurs d'un environnement ordonné et uniforme. Le pop-up est international et s'adapte à tout environnement. Ensemble, les pop-up forment un paysage d'une grande activité, ils sont le reflet d'une société dynamique. Enfin, de conception simple et évidente, les pop-up sont le fruit de la nouvelle technologie et du savoir-faire d'aujourd'hui."


Les Architectures Vives font sens par l'usage qu'elles appellent de leur vœux : réfléchir ensemble, s'atteler au contexte sociologique et urbain pour mieux lui répondre ou au contraire signalent une absence, un non-lieu…

POP-UP CITY , ville des Architectures Vives, est un terrain d'aventure, entre hallucination et vision, une parenthèse éphémère dont l'effet persistera…

Du 8 au 11 Juin 2006 autour des Magasins Généraux. Paris 13°

[+] FAV 2006

Nouvelle station polaire belge


L'International Polar Foundation (IPF) a présenté mercredi les plans de la nouvelle base belge en Antarctique.

Cette base, baptisée Princess Elisabeth, sera la première station à fonctionner entièrement à l'aide d'énergie renouvelable. Dès 2008, elle sera occupée par 20 personnes, quatre mois par an.

Sa construction est prévue pour l'été austral de novembre 2007 à février 2008.

Le projet s'inscrit dans la ligne directe du Traité Antarctique et plus particulièrement de son protocole de Protection environnementale.
En 1959, la Belgique figurait parmi les 12 premiers pays signataires du Traité Antarctique. Ces pays s'engageaient à renoncer à toute revendication territoriale sur ce continent. 45 pays ont ratifié le traité…

La recherche en Antarctique est d'une importance primordiale pour trouver les réponses aux importantes questions liées à l'avenir de notre planète", a ajouté l'explorateur.
Le coût global du projet de construction de la base s'élève à 6,4 millions d'euros...

[+] http://www.polarfoundation.org/

Via La Libre