Friday, August 11, 2006

(Complément) La Tate Moderne, take 2


Je viens de lire un article faisant une très bonne analyse de l'image largement diffusée de ce à quoi la future Tate Modern de Londres (dont je parlais il y a quelques temps) devrait ressembler...

Dans les commentaires résultant de mon post, je tentais d'expliquer (ou plutôt j'évoquais) le pouvoir trompeur de l'image, bien mieux que je ne pourrais le faire cet article (en anglais) expose clairement les enjeux de cette représentation "publicitaire" …[ Artist's impressions]

[Article moyennement traduit en français]

3 Comments:

Anonymous Anonymous said...

Formidable! Très bon article en effet. Qui rend bien compte de ce qu'est un rendu d'architecture truqueur. Notons simplement que c'est pièges ne concernent que les non-architectes car les architectes du jury eux, connaissent bien ces effets puisqu'ils les emploient eux-même! :-)

10:04 AM  
Anonymous ArchiAddict said...

Merci pour le lien vers cet intéressant article. D'accord pour les jurys, le problème ce sont les étudiants : un rendu d'un tel esthétisme est souvent le but à atteindre, au détriment du construit ... qui ne le sera pas ... d'où une confusion : l'objet architectural est l'image et elle est parfaite (plus que parfaite d'ailleurs) donc non améliorable et pas criticable. Certains enseignants baissent les bras en les laissant dans leur monde virtuel, leur satisfaction ... trop dommage pour tous !

7:03 AM  
Anonymous Anonymous said...

Hum, il n'est pas anormal que les enseignants laissent les étudiants dessiner. On a besoin d'eux pour ça dans une agence! Sachant que dans une agence d'architecture, ce sont forcément les étudiants qui dessinent et non les architectes puisque ceux-ci sont, soit en train de diriger les chantiers, soit en train de faire les zozos devant les clients ou les journalistes, comment voulez vous faire autrement? Ce n'est donc pas forcément dommage: Chacun y a son rôle.

11:54 PM  

Post a Comment

<< Home